RDC : Denise Tshisekedi s’engage « personnellement » dans la lutte contre les violences faites à la femme

Denise Nyakeru, première dame de la RDC lors de la journée internationale de la femme
Denise Nyakeru, première dame de la RDC lors de la journée internationale de la femme

A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme ce 8 mars, la première dame, Denise Nyakeru, a fait part de sa détermination à soutenir la lutte contre les violences faites à la femme.

Denise Nyakeru appelle à bannir les violences contre les femmes sous toutes leurs formes particulièrement les violences sexuelles. La Première dame s’est prononcée sur invitation du ministère du Genre, de la Famille et de l’Enfant, devant un public composé de milliers de femmes au sein de l’académie des Beaux arts à Gombe.

« Je promets de m’engager personnellement dans la lutte contre toutes formes de violences faites à la femme et particulièrement aux violences sexuelles. Oui, bannissons le tabous et parlons encore plus fort qu’avant pour qu’aucune autre femme ne soit brisée par la violence sous toutes ses formes » a-t-elle dit, après avoir fait observée une minute de silence en hommage à toutes les femmes victimes des violences.

Denise Nyakeru parle également de travailler avec les femmes pour développer le Congo.

« Je serai toujours aux côtés des femmes et des filles afin de leur donner une opportunité de contribuer pleinement au développement réel de notre pays, la République Démocratique du Congo (…) Même si tout le monde ne saurait m’atteindre, je serai toujours disponible à vous recevoir ». a-t-elle ajouté.

Cette année, la journée de la femme est placée sous le thème « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement »Une thématique proposée pour réfléchir aux moyens innovants permettant de faire progresser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, notamment dans les domaines suivants : les systèmes de protection sociale, l’accès aux services publics et la construction d’infrastructures durables, selon ONU Femmes.

Prisca Lokale

Leave a comment

Your email address will not be published.


*