Paul Mwilambwe croit en  »L’Etat de droit » congolais. Il souhaite un procès équitable dans son pays

Témoin dans l’assassinat de Floribert Chebeya, Paul Mwilambwe a cru que le Sénégal disposait des tribunaux à compétence universelle. Il pourrait ainsi être entendu sur ce dossier en dehors de son pays natal. Ce pays qu’il a quitté depuis quelques cinq ans pour éviter d’être assassiné.

A l’entendre, le Sénégal n’a pas pu répondre à son attente. Il est disposé à retourner dans son pays afin qu’il soit jugé comme on le ferait dans un  »Etat de droit ». Il sait tout sur le dossier Chebeya.

Qui peut dire si son appel pourra être entendu ? Devrait-il encore patienter pour qu’ une justice juste soit mise en place au Congo-Kinshasa ? Il sait, lui, que c’est John Numbi, téléguidé par  »Shina Rambo », qui a livré aux mains de son tortionnaire et assassin Christian Ngoyi.

Sommé de ne pas dire  »ce qu’il a vu » ce jour-là, il est néanmoins prêt à témoigner à  »visage découvert ». Il souhaite que la justice soit faite au cours d’un procès équitable au Congo-Kinshasa.

Sera-t-il entendu par  »la coalition CACH-FCC » ? Encore  »un passé qui ne passe pas ». Le 1er juin 2010, c’est comme hier. Oui, il y a  »des passées qui ne passent pas ». La justice finira par être faite pour ce digne fils du Congo-Kinshasa qui disait :  »On ne lutte pas en se cachant ». Et voilà, Paul Mwilambwe assume la même lutte. Il veut, lui aussi, être jugé sans se cacher. Sera-t-il entendu ?

Qui va gagner dans cette épreuve ? Paul Mwilambwe,  »la coalition CACH-FCC » ou  »l’Etat de croit » ? N’oublions pas que Floribert Chebeya fut accompagné de son beau-frère Fidèle Bazana. Ce dernier fut aussi tué.

Babanya Kabudi

Génération Lumumba 1961

Leave a comment

Your email address will not be published.


*