Kasaï-Central: «Les femmes et les enfants sont les plus affectés», selon le CAFCO

Des déplacés fuyant les affrontements entre FARDC et M23 tentent de trouver refuge dans la ville de Goma (Dimanche 18 novembre 2012)

Les femmes et les enfants sont les plus affectés à la crise sécuritaire qui secoue le Kasaï-Central depuis huit mois, selon le Cadre permanent de concertation de la femme congolaise (CAFCO).Membre de cette structure, Honorine Bardot Nkenka, l’a déploré vendredi 28 avril, à Radio Okapi.

«Nous, femmes du Kasaï-Central, déplorons le conflit entre les éléments du chef Kamuina Nsapu et les forces de l’ordre. Les mamans et les enfants sont victimes de recrutement, des blessures, tueries, massacres, violences et vols», a-t-elle souligné.

Honorine Bardot Nkenka souhaite que les mamans retournent à la maison, que les enfants retournent à l’école et que les militaires arrêtent avec les atrocités et arrestations arbitraires, au Kasaï-Central.

«Si la paix est rétablie au Kasaï-central. On va enrôler la population pour qu’on ait les représentants valables qui vont défendre la province», a conclu ce membre du CAFCO.

 

Leave a comment

Your email address will not be published.


*